Cobraworld
Cobraworld
Site non-officiel dédié à "Cobra the Space Pirate"
Site non-officiel dédié à
"Cobra the Space Pirate"


Ecrit par Joe Gillian et Arion

Osamu Dezaki (出崎 統)


Pages 1 2 3 4 5

Indépendance…

En 1969, Dezaki s’occupe de la direction artistique de 3 épisodes de Dororo, commandé par Mushi Production, d’après une œuvre de Tezuka (c’est encore Gisaburo Sugii qui en est le réalisateur). Toujours pour Mushi, il est ensuite animateur et assistant réalisateur (de Eiichi Yamamoto) sur le film Senya Ichiya Monogatari (Les Mille et Une Nuit), sur lequel on retrouve également Akio Sugino. A la fin de cette année, pour Mushi et Video Craft, Dezaki participe à une OAV américaine en tant que directeur technique : Frosty the Snowman [1]. En 1970, il signe ce que l’on peut considérer comme sa première grosse référence au poste de réalisateur : Ashita no Joe, encore une commande de Mushi Production, d’après l’œuvre d’une autre figure marquante de sa jeunesse, Tetsuya Chiba (et Asao Takamori). Une aventure qui durera jusqu’en septembre 1971. Osamu Dezaki, en plus de les réaliser, signera également les storyboards de 16 des 79 épisodes du célèbre boxeur, dont le 1er et les deux derniers. Il retrouve là son ami Akio Sugino, entré chez le studio Tokyo Movie (avec Shingo Araki), ainsi que Yoshiyuki Tomino, le créateur de la saga Gundam.

Ashita no Joe
Ashita no Joe


Après s’être occupé rapidement de la direction technique d’un épisode (le 49ème) de la série Andersen Monogatari (Les Contes d’Andersen), Dezaki croise à nouveau Sugino sur quelques épisodes (seulement 3 en fait) d’une autre série, Kunimatsu sama no Otoridai entre fin 1971 et 1972, en tant que directeur technique, les deux séries étant toujours commandées par Mushi Production. Pour changer un peu, c’est avec la TMS que Dezaki va travailler quelques mois, signant les storyboards et la réalisation de 4 épisodes de la première série de Lupin III (23 épisodes, d’après l’œuvre de Monkey Punch), sur laquelle on retrouve du joli monde : Hayao Miyazaki, Isao Takahata ou encore Yasuo Otsuka.

Lupin III - 1ère série
Lupin III (1ère série)



De MadHouse à la Tokyo Movie Shinsha

En 1972, Dezaki s'occupe de la direction technique de l'épisode 43 de Shin Moomin, nouvel opus des aventures des personnages de Tove Jansson pour Mushi Production. Mais cette année là est surtout marquée pour lui par le fait qu'il abandonne son statut d'indépendant et est l'un des membres fondateurs du studio Madhouse. Après l'été 1972, il continue néanmoins à oeuvrer sur des titres extérieurs au studio et s'occupe ainsi des storyboards et de la réalisation de sept épisodes de la série Akadô Suzunosuke (52 épisodes, pour la Tôkyô Movie), à laquelle participait également Shingo Araki. Dans la même période, il réalise la première moitié de la série Hazedon, d'après l'œuvre d'Itai Rentarô, pour la Shueisha. En 1973, Dezaki se retrouve à la réalisation de la série Jungle Kurobee (26 (?) épisodes), et signe également les storyboards et la direction technique de quelques épisodes. Demande de la Tôkyô Movie, il retrouve du coup son ami Sugino.

Ace wo Nerae!
Ace wo Nerae!


Après un intermède comme animateur sur Kanashimi no Belladonna, film de la Mushi réalisé par Eiichi Yamamoto, Dezaki continue d'enchaîner les travaux pour la Tôkyô Movie : La réalisation des séries Karate baka Ichiyo (47 épisodes, en collaboration avec Eiji Okabe), d'après l'œuvre de Ikki Kajiwara et Jirô Tsunoda, et Ace wo nerae!, connue en France sous le nom de Jeu, Set et Match (26 épisodes, dont 10 à la réalisation technique et au storyboard), première série dont le studio Madhouse sous-traitera, et enfin la réalisation de deux épisodes de la très sympathique série de baseball Samurai Giants (46 épisodes), une nouvelle création du prolifique Ikki Kajiwara (Tiger Mask, Kyojin no Hoshi) sur laquelle Yoshiyuki Tomino travailla également en tant que directeur technique.



De 1974 à 1975 (et jusqu’en 1977 avec une interruption pour Gansô Tensai Bakabon), et hormis deux travaux pour la Yomiuri Eigasha Seisaku (character-design et direction technique de l'OAV The Fire G-men sorti en janvier 1975 et direction technique de l'OAV Shiawase wa anzen to tomo ni de juin 1976), Dezaki est accaparé par les derniers projets de la Tôkyô Movie comme Hajime Ningen Gatless (77 épisodes, direction technique de 6 épisodes des aventures d'un étrange homme préhistorique tiré de l'œuvre de Shunji Sonoyama), la superbe série Ganba no Bôken (26 épisodes, réalisateur de la série mais aussi directeur technique sur 12 épisodes) et la deuxième série de Gansô Tensai Bakabon (307 épisodes), sur laquelle notre homme assurera la direction technique de 37 épisodes et le scénario de l'épisode 68. N'oublions pas aussi, dès 1976, son travail de directeur technique sur 7 épisodes de la très célèbre série Manga Sekai Mukashibanashi / Contes et légendes du monde (127 épisodes, pour DAX International Seisaku), à laquelle participeront aussi Akio Sugino au design, Rintarô à la réalisation et Takamura Mukuo aux décors. Excusez du peu !



Après avoir oeuvré aux storyboards du Jetter Mars d'Osamu Tezuka (27 épisodes réalisés par Rintarô) pour la Tôei, Osamu Dezaki retrouve le studio flambant neuf Tôkyô Movie Shinsha. Entre 1975 et 1976 en effet, l'animation semble être en crise et après la Mushi et la Zuiyô [2], c'est au tour de la Tôkyô Movie de fermer ses portes en 1976. C'est en 1977 que Yutaka Fujioka réouvre son studio, à l'occasion de la seconde série de Lupin III (Shin Lupin III). Dezaki, lui, découvre les nouvelles structures à l'occasion de son travail de réalisateur et de directeur technique sur le magnifique Ienaki ko (Rémi sans famille, 51 épisodes) d'après l'œuvre d'Hector Malot, dont le character-design et l'animation était notamment signés par son ombre Akio Sugino. Ce retour aux sources inaugure une très longue et fructueuse période de collaboration exclusive avec le studio de Fujioka, et l'âge d'or de l'équipe qu'il forme avec Sugino.

Ienaki Ko
Ienaki Ko



[1] OAV de 22 minutes produite par Jules Bass et Arthur Rankin Jr, futurs réalisateurs/producteurs du Vol des Dragons, Silver Hawk, ou encore Cosmocats…
[2] La Mushi deviendra Tezuka Production, et Zuiyô Eizô, le fameux studio qui a donné naissance à Heidi ou Maya l’abeille et où oeuvrait entre autres Isao Takahata deviendra le célèbre studio Nippon Animation.




Pages 1 2 3 4 5

Cobra - Copyrights © BUICHI TERASAWA / A-girl Rights
Tous droits réservés.
Cobraworld © 2000-2021
Mentions légales
Site officiel : www.buichi.com
Site crée et maintenu par Stéphane Clément
Site officiel : www.buichi.com
Site crée et maintenu par Stéphane Clément