Cobraworld
Cobraworld
Site non-officiel dédié à "Cobra the Space Pirate"
Site non-officiel dédié à
"Cobra the Space Pirate"


Ecrit par Joe Gillian

Buichi Terasawa (寺沢武一)


Pages 1 2 3 4 5 6 7

De BAT à Takeru, l’expérience de la couleur…

A partir de 1985, Terasawa va commencer à s’attaquer à d’autres œuvres, qui auront plus ou moins d’importance ou de succès. Il écrit cette année là les courtes histoires de Black Knight BAT, très inspirées d’Alice au pays des Merveilles, où il va intégrer d’autres références plus ou moins hétéroclites et loufoques. Bat Duran est une jeune femme qui retourne dans son monde et en devient la princesse héritière. Elle va alors vivre une douzaine de petites aventures assez burlesques avec ses amis.

Publié dans le Shônen Jump de la Shueisha, BAT est probablement le tout premier "digital manga" au monde ! Terasawa expérimente en effet la mise en couleur de planches (les premières pages du premier chapitre) via Photoshop, sur un papier traditionnel encré. Ces premiers essais de reproduction couleurs au moyen d’un ordinateur anticipaient ce qui allait donner 7 ans plus tard Takeru. Mais pour l’heure, ces premiers essais ne sont pas encore très concluants ni très bien perçus : un grain très prononcé, une faible résolution et la limitation à 8 couleurs qui ne donnent pas vraiment un aspect propre vaudront à Terasawa beaucoup de critiques (négatives). L’idée est cependant là, et Terasawa ne compte pas l’abandonner. En attendant une amélioration des techniques, retour au N&B et une publication de Bat qui s’étalera sur 2 ou 3 mois seulement…

Black Knight BAT
Black Knight BAT


En décembre 1986 (et jusqu'en 1988), une saga isolée de Cobra se voit publiée dans le tout nouveau magazine "Super Jump" des éditions Shueisha : La Légende du Chevalier Sacré. C’est à partir de cette année là également que Terasawa va confier le management de ses œuvres à la compagnie A-girl, qui s’occupera désormais effectivement de toutes ses licences. A la fin de cette année, Midnight Eye Gokû, nouvelle œuvre du mangaka, commence à être pré-publiée dans le magazine Comic Burger de l’éditeur Scholar.

En 1987, il sort également un nouveau manga, presque en parallèle de Gokû : Karasutengu Kabuto, qui sera pré-publié dans le magazine Fresh Jump de l’éditeur Scholar, à partir de mai. Assez opposés l’un de l’autre en terme d’époque, Kabuto nous plonge dans un univers médiéval fantastique, principalement de ninjas et samouraïs, tandis qu’avec Gokû (et les références à la célèbre légende chinoise du roi singe, Son Gokû), on est de plein pied dans un futur proche un peu cyberpunk, avec un détective solitaire mais bien armé. Kabuto va affronter le terrible Kuroyasha Douki et ses sbires avec l’aide des 4 dieux du Nord, de l’Est, de l’Ouest et du Sud. Une histoire assez classique d’affrontements entre ninjas, êtres maléfiques ou divinités diverses… Gokû est quant à lui un ancien flic devenu privé qui va se retrouver avec un œil cybernétique capable de prendre le contrôle de n’importe quel ordinateur au monde, et doté d’un bâton télescopique très puissant. Il va ainsi pouvoir s’attaquer à divers criminels lors de missions commandées.

Midnight Eye Gokû
Midnight Eye Gokû

On retrouve bien évidemment dans ces 2 œuvres les mélanges classiques de Terasawa qui sont en quelque sorte sa marque de fabrique… Kabuto sortira en 2 volumes "Jump Comic Deluxe" assez épais en 1988 et 1989. Gokû quant à lui aura droit à sa version reliée dès octobre 1987 dans une version Deluxe également, en 3 volumes qui s’étaleront tout de même sur plus de 3 ans pour 7 histoires au final ! Enfin, au mois de décembre 1987, à 32 ans, notre homme fonde sa propre maison de production, Terasawa Productions. A noter qu’en 1988, tout le manga de Cobra se voit aussi réédité dans une version Deluxe par la Shueisha, avec au passage la nouvelle histoire ajoutée (La légende du Chevalier Sacré). Un premier artbook, Cobra Girls, sort également cette année là, en février. Devenu assez rare, il présentait de nombreuses illustrations de la première époque.



En 1989, Midnight Eye Gokû se voit adapté en vidéo pour deux OAV qui sortiront respectivement en janvier et décembre. Deux aventures de 50 minutes réalisées par Yoshiaki Kawajiri (Ninja Scroll, Wicked City, Vampire Hunter D – Bloodlust, …), via le studio Madhouse, qui ne couvrent cependant que le début du manga original… En 1990, Kabuto passe aussi du côté de l’animation et se voit adapté en série télé, pour 39 épisodes qui seront diffusés sur la chaîne NHK de juillet 1990 à juin 1991. Mais l’ensemble, de qualité bien moindre que son ainé Cobra, ne sera pas un grand succès. A noter tout de même sur cette série télé les débuts d’un certain Satoshi Urushihara (désormais célèbre pour ses jolies filles dénudées, futur auteur / character-designer de La légende de Lemnear, ou Plastic Little), ou encore la présence à la réalisation de Takashi Watanabe, qui s’illustrera beaucoup mieux par la suite sur la saga Slayers par exemple.

Kabuto - série télé
Kabuto - série télé


La renommée de Terasawa est alors bien assise dans le milieu du manga. Toujours en 1990, ses illustrations serviront pour les affiches officielles du festival du film de Yubari (du 14 au 18 février, à Hokkaido, d’où Terasawa est originaire, pour rappel) qui venait tout juste d’être créé pour attirer du monde dans la région. Notre homme s’occupera par la suite d’un groupe de jeunes chanteurs, "Ninjya" en réalisant le design de leurs costumes. Puis il aura l’occasion de rencontrer et discuter avec Réné Laloux (réalisateur de "Les Maîtres du Temps", "Gandahar", "La Planète Sauvage"). Terasawa réalise également cette année là quelques spots publicitaires ou films promotionnels, notamment pour Matsushita Kosan (Panasonic), et les manga de Cobra et Gokû se voient enfin adaptés aux USA, chez Viz Comics. Cependant pour Cobra, seul le début sera vraiment traduit (et un peu censuré au passage), le succès n’étant apparemment pas au rendez-vous.

L’année suivante, en 1991, Terasawa est invité au festival d’Angoulême en tant qu’auteur représentant le Japon. Masashi Tanaka (Gon), Jirô Taniguchi (Quartier lointain) et Tomofusa Kure (critique BD) sont également présents. Puis c’est à la Convention de Comics de San Diego (22ème du nom !), le Comic-con, en Californie, que notre homme se rendra, en juillet. C’est (à l’époque tout du moins) le plus grand festival au monde de comics. Cette année là, un artbook concernant Midnight Eye Gokû est publié chez l’éditeur Scholar, le Moonlight Scope. Un ouvrage un peu dans la lignée du premier Cobra Girls, avec des illustrations crayonnées qui font par contre un peu vieillot. A noter également la sortie, le 30 juin, de la série et du film de Cobra en Laser Discs.

Festival Yubari 1990
Festival Yubari 1990


En 1992, Terasawa travaille sur une OAV de Kabuto, de 45 minutes, sur laquelle il s’occupera en personne du scénario, du story-board et de la réalisation ! L’OAV en question sortira le 24 juillet, avec un résultat par contre bien meilleur que la série télé. Buichi Terasawa revient également en force avec ses ambitions colorées qu’il avait mis de côté à l’époque de BAT. Takeru est la 5ème œuvre principale de Terasawa à voir le jour, pour une histoire finalement assez courte là encore. Cette fois-ci, la colorisation est bien plus aboutie et Takeru peut être considéré comme sa vraie première œuvre entièrement en couleur sur ordinateur. Son vrai premier digital manga. Takeru Ichimonji est un guerrier ninja qui a le pouvoir de "matérialiser" les mots, offensifs entre autre, et de s'en servir. Il va se retrouver embarqué dans une aventure où il va devoir affronter divers ennemis afin de sauver le royaume de Yamato. Cependant l’inspiration "Cobra" se fait bien trop sentir, avec un univers ou des personnages trop classiques par rapport à ce que l’on a pu voir avant, et le résultat, même sympathique, fait un peu pale copie.

Cela n’entame heureusement pas la popularité du mangaka puisqu’en 1992, il est invité d’honneur au premier festival Anime Expo à San José en Californie, au début du mois de juillet (vous pouvez d’ailleurs lire une retranscription d’une conférence sur le lien suivant : http://www.usagichan2.com), puis il retournera au Comic-con à San Diego en août, profitant de l’occasion pour faire une projection de l’OAV de Kabuto. Enfin il participera également cet été-là à une convention de SF au Japon, le Hamacon. En 1993, Terasawa continue de se promener puisqu’on le retrouve en mai au salon de la BD de Barcelone, puis au festival AnimeAmerica aux USA ou encore à la Hong-Kong Comics Convention en juin.

Takeru
Takeru





Pages 1 2 3 4 5 6 7

Cobra - Copyrights © BUICHI TERASAWA / A-girl Rights
Tous droits réservés.
Cobraworld © 2000-2018
Mentions légales
Site officiel : www.buichi.com
Site crée et maintenu par Stéphane Clément
Site officiel : www.buichi.com
Site crée et maintenu par Stéphane Clément