Cobraworld
Cobraworld
Site non-officiel dédié à "Cobra the Space Pirate"
Site non-officiel dédié à
"Cobra the Space Pirate"


Ecrit par Joe Gillian

Les Celluloïds

ou "comment ça marche un dessin animé"



Pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9

Combien de celluloïds ?

Question intéressante parmi tant d’autres, il faut déjà différencier une simple série télévisée d’un côté, et les films d’animation de l’autre, où dans le second cas les moyens mis en place sont beaucoup plus importants. Il est évident que si on décide d’animer plus de choses, ou de mettre plus d’images par seconde, alors l’animation finale n’en sera que meilleure bien entendu. Dans le cadre d'une série TV, on a moins d'images par seconde en général que dans un film, limitant l’animation (et les coûts), et l'on n'hésite pas à insister sur des plans fixes ou sur la réutilisation de dessins ce qui en limite ainsi le nombre à créer. Bien évidemment, le résultat est directement visible à l'écran au final. Remarquez, c’est à ça que l’on reconnaît par contre immédiatement une bonne animation d’une animation moyenne, mais aussi que l’on peut voir le talent de certains réalisateurs qui parviennent très bien à contourner ça pour offrir tout de même de belles séries...

Cobra : Cellulos de Sandra
Une suite de cellulos de Sandra (Episode 12 - Cut 23)

En principe, en animation japonaise, on tourne autour de plus ou moins 8 images par seconde pour les séries (au lieu des 12 à 15 images par seconde des studios américains) et donc vous pouvez faire le calcul, cela donnerait autour de 8000 images pour un épisode de 20 minutes. Maintenant sachant qu’il peut y avoir plusieurs cellulos pour une même image, ou qu’au contraire, des cellulos servent parfois pendant plusieurs secondes, le nombre de cellulos d’un simple épisode de 20 minutes peut être très variable d’une série à une autre, ou d’un épisode à un autre, mais cela dépasse en réalité rarement les 5000 cellulos. Pour un film d’une durée moyenne de 2 heures, c’est là aussi très variable, les films en ayant tout de même beaucoup plus, qualité oblige. A titre d’exemples pour les films d’Hayao Miyazaki, on a un peu plus de 56.000 cellulos pour Nausicaä (1984 - 116 minutes) et près de 145.000 pour Princesse Mononoke (1997 - 133 minutes) ! Quant au cultissime Akira, de Katsuhiro Otomo, il présente pas moins de 160.000 cellulos, sur 2212 plans (1988 – 124 minutes).

Et pour les collectionneurs, combien ça vaut ?

La question qui pourra faire mal à votre porte-monnaie... En effet, une fois qu’une série ou un film est terminé, nombre de celluloïds se retrouvent rapidement en vente, dans des boutiques spécialisées ou ailleurs, et nombreux sont les fans qui espèrent avoir un véritable morceau "unique" de leurs séries préférées. En effet, je rappelle qu’un celluloïd est unique ! Cela a son importance évidemment, car qui dit unique, peut vouloir dire très cher ! Ensuite, beaucoup de critères entrent en jeu : est-ce une série populaire ou non ? Est-ce qu’il y a le décor ? le crayonné (genga ou dôga) ? Dans quel état est-il ? Est-ce le héros ou un personnage totalement secondaire ? Beaucoup de combinaisons sont possibles. La plupart du temps, vous trouverez des cellulos simples sans décor, avec assez souvent le crayonné qui va avec. Vous trouverez en plus petite quantité les cellulos avec décor (normal, vu qu’un seul décor sert pour plusieurs cellulos), mais plus chers bien entendu. A ce propos, très souvent, le décor n’est pas le bon. Non pas que le décor n’appartient pas à la série en question, mais les mélanges ou erreurs sont fréquents. Cela a aussi son importance… Enfin si vous avez de la chance, vous pouvez tomber sur le trio cellulo-crayonné-décor. Mais là c’est beaucoup plus rare.

Alors combien ça vaut ? Les moins chers, quelques euros. En général c’est un personnage seul, sans décor, d’une série normale. Mais vous en trouverez beaucoup plus tournant entre 50 et 150 euros. Là, vous trouverez des personnages plus connus avec décor éventuellement, comme un City Hunter ou un Cobra. Mais ça peut monter très vite ! Un personnage principal en assez gros plan, avec un beau décor derrière, d’une série très connue, peut atteindre plusieurs centaines d’euros sans difficultés. Ensuite, si vous courez après des cellulos du studio Ghibli ou assimilés par exemple (Nausicaä, Mononoke, Totoro, etc.), ne vous attendez pas à moins de 1000 euros pour un beau cel, voire vous pouvez aller demander un prêt à votre banquier : j’ai vu passer certaines raretés à plus de 10.000 euros ! Enfin, si vous envisagez d’acquérir un jour un vieux cellulo Disney des années 40, un joli Blanche Neige par exemple avec son décor, cela peut aller jusqu’à 50.000 euros et probablement même plus…

A noter par contre que sur les séries assez récentes, les nouvelles techniques d’animation (informatique, utilisation de CGI,...) font qu’il y a de moins en moins de cellulos ou de décors réalisés. Du coup, ces cellulos sont aussi plus chers à la base, vu qu’il y en a moins.

Maintenant, pour ce qui est d’en trouver, il existe quelques boutiques en France qui en vendent, vous en trouverez aussi lors des grandes conventions (Japan Expo par exemple) sur certains stands. Sinon de nombreux sites sur internet en proposent, voir même sur eBay ou d’autres sites d’enchères, mais sachez qu’il vaut mieux voir en vrai un cellulo avant de l’acheter, ne serait-ce que pour vérifier qu’il n’est pas abîmé (ou collé au décor/crayonné, ce qui arrive souvent lorsqu’ils restent l’un contre l’autre une longue période), chose difficilement vérifiable sur internet. Enfin l’idéal est d’avoir un contact directement au Japon, les prix sur place étant beaucoup moins élevés qu’en France.




Pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9

Cobra - Copyrights © BUICHI TERASAWA / A-girl Rights
Tous droits réservés.
Cobraworld © 2000-2018
Mentions légales
Site officiel : www.buichi.com
Site crée et maintenu par Stéphane Clément
Site officiel : www.buichi.com
Site crée et maintenu par Stéphane Clément