Cobraworld
Cobraworld
Site non-officiel dédié à "Cobra the Space Pirate"
Site non-officiel dédié à
"Cobra the Space Pirate"


Coffret Blu-ray - série + film


Cobra - Coffret Blu-ray - série + film

OrigineJapon
Date27 août 2010
Volumes1 coffret 7 Blu-ray
Prix38.000 yens
DistributeurHappinet
EditeurTMS
RéférenceBIXA-9001
Format vidéo4:3 (série TV) / 16:9 (film) / 1080P
Piste sonoreJaponais stéréo 2.0 et 5.1 surround
RégionFree
BonusMini livret, morceau de pellicule, variantes de l'opening,
plaque de 4 écussons pour les "first press"


Présentation

C'est à la fin de l'été 2010 que sort ce premier coffret Blu-ray sur Cobra, au Japon. On avait là un coffret très sobre et classe, noir, en carton assez épais, et qui valait tout de même la bagatelle de 38.000 yens sans taxe (plus de 300€ chez nous en 2010). Le coffret contient la série originale de 1982-83, sur 6 Blu-ray, ainsi que le film et l'épisode pilote sur le 7ème Blu-ray. Niveau bonus, il n'y a par contre pas énormément de choses : un mini livret de 6 pages détaillant principalement le contenu de chaque DVD, un morceau de pellicule, les variantes de l'opening en vidéo, et pour les éditions "first press", une plaque de 4 écussons.

Qualité

Le gros intérêt de cette édition concerne bien en entendu l'image... Qu'allait donner une série de presque 30 ans en version Blu-ray... ? Et bien le résultat est tout simplement bluffant ! En DVD, la qualité était déjà énorme, mais en Blu-ray, c'est très nettement un cran au dessus encore ! Une finesse de détails exceptionnelle, une véritable claque, pour tout dire !

Intérêt

Depuis sa sortie, ce coffret peut se trouver à moins de 30.000 yens, mais il reste encore assez cher.


Cobra - Blu ray Cobra - Blu ray Cobra - Blu ray Cobra - Blu ray Cobra - Blu ray Cobra - Blu ray Cobra - Blu ray
Cobra - Copyrights © BUICHI TERASAWA / A-girl Rights
Tous droits réservés.
Cobraworld © 2000-2018
Mentions légales
Site officiel : www.buichi.com
Site crée et maintenu par Stéphane Clément
Site officiel : www.buichi.com
Site crée et maintenu par Stéphane Clément